Retour

Désolée de ne pas être très présente, voici un petit texte pour me faire pardonner, passez un bon dimanche ♥

Le soir est doux, lent, paisible. Ou peut-être a-t-elle cette impression car elle est épuisée, sa journée a été longue, trop longue pour une petite fille comme elle. Les lumières de la ville passent à travers les vitres de la voiture et courent sur son visage. Le chaos de la route la berce, sa tête s’affaisse un peu. Elle a beaucoup joué, aujourd’hui, beaucoup couru et papillonné à droite, à gauche. C’est épuisant une vie d’enfant, en fin de compte. Ses paupières s’abaissent petit à petit sur ses yeux fatigués, jusqu’à se fermer complètement. Dans son esprit s’invitent les cris des autres enfants, leurs rires l’emmènent dans ses rêves. Sa petite main qui serrait son ours en peluche se détend, ce dernier semble sourire : elle peut encore rêver, encore un tout petit peu, même si ce taxi la conduit vers la réalité. Il en sera toujours ainsi : les minutes, les heures et les jours couleront encore lorsqu’elle aura dix, vingt, cinquante ans de plus, la réalité reviendra la chatouiller, la sortant de son bonheur.

Publicités