Calendrier de l’Avent – 24

            Ce soir, c’est Noël. Pour certains, c’est une soirée passée à la messe, pour d’autres, une nuit à attendre le Père Noël, ou une naissance.

Aujourd’hui, Lou se réveille en sursaut et descend au pied du sapin, vérifier si les cadeaux ne sont pas déjà là. Son papa remarque son manège, et, en rigolant, lui fait remarquer qu’il ne lui reste plus qu’un jour à patienter pour avoir les cadeaux. Alors la petite sourit et part réveiller Gabrielle avec un câlin, comme tous les matins.

L’après-midi, Lou est partie chez un ami et Marc emmène Gabrielle faire les magasins : il lui faut une robe pour offrir à une amie et, vu son absence de goût -il le dit lui-même- il lui faut quelqu’un pour l’aider. Alors les deux adultes partent en direction du centre commercial le plus proche. Ils font un, deux, trois magasins, mais rien ne leur plaît. Gabrielle essaie bien quelques vêtements, mais rien ne réussit à les convaincre. Elle lui demande alors les goûts de son amie : « Quelque chose de simple, pas ces trucs qu’on a vu avec toutes les paillettes, ou alors le machin qui ressemblait à un sac plastique… »

Gabrielle éclate de rire devant son air désespéré et lui fait remarquer que les magasins vont bientôt fermer, qu’ils doivent se dépêcher. Alors, ils en tentent un dernier. A peine entrée, elle se dirige vers une robe noire, longue, parcourue par une sorte de fil argentée. Ses yeux brillants se tournent vers Marc et elle lui demande d’une voix fébrile : « Tu penses que ça lui plairait ? »

            Elle l’essaie et rougit en se voyant dans le miroir. Ses épaules sont découvertes, son dos également est laissé nu : seuls quelques fils entrelacés le parcourent. Le tissu couvre ses pieds et glisse derrière elle quand elle se déplace, dans un doux bruissement. Marc s’exclame que c’est parfait, que son amie l’adorera. Content, il passe à la caisse tandis que la jeune femme regarde à nouveau son reflet, les yeux brouillés de larmes : elle n’a l’air de rien, dans ses vêtements trop grands.

Le soir, après sa douche, elle rentre dans sa chambre emmitouflée dans sa serviette et aperçoit sur son lit la robe noire, accompagnée d’un mot : « Joyeux Noël, Gabrielle »

En bas, près du sapin, Lou et Marc rient.

 

Publicités

Préparation

Petite description sortie de mon projet de roman

          Son étoffe brillante resplendissait dans la lumière du soleil déclinant. L’encolure, découvrant une partie de ses épaules, était bordée d’un ruban noir, profond comme la nuit. Les manches s’élargissaient au niveau des coudes et tombaient ensuite en cascades de tissu. Serrée à la taille par un autre ruban sombre, la partie basse du vêtement se fendait sur un lainage beige. Une quinzaine de centimètres de d’étoffe glissait derrière la jeune femme lors de ses déplacements, ce qui lui avait valu plusieurs fois des chutes mémorables. Après s’être séché les cheveux, elle s’avança vers un large miroir, encastré dans un des murs de la pièce. Elle brossa minutieusement sa longue chevelure d’ébène, et y posa un diadème qui l’enserrait pour la maintenir droite et fière. Il était d’or et serti de quelques joyaux : cadeau d’un jeune prince pour son seizième anniversaire. Pour finir, elle poudra légèrement ses yeux de noir et se recula de quelques pas pour contempler le résultat final. Oui, cela irait.