Termes de recherche (ou, les gens sont parfois étranges)

Bon, je me suis enfin décidée à me prendre en main et à vous présenter les termes de recherche qui ont mené au blog. C’est vrai que tout le monde a fait un peu ça alors je lui emboîte le pas – à tout le monde. Puis, il y a des choses rigolotes, souvent.

Jusque là tout est normal

something in ze rain / something in the rain / something in the rain blog / blog ecriture something in the rain

Google t’a compris, mais t’as eu quelques petits soucis

somethingintherain / something in the rzin / someting in ze rain / oomething in the rain / something in rhe rain / something inthe rain / smething in ze rain / something in ze raun / simething in the rain / someting in ze rain

somethingintherain.wordpress.com* / https://somethingintherain.wordpress.com
Bon, toi, il va falloir t’expliquer la différence entre barre de recherche et barre d’adresse…

Catégorie Tu ne voudrais pas faire mes devoirs à ma place ?

les mots les meilleurs sont ceux que nous cherchons en vain explication
C’est quand tu cherches des mots (les meilleurs, souvent), mais que tu les trouves pas, parce que justement c’est les meilleurs. CQFD.

réponse à la lettre a son professeur de arthur rimbaud / commentaire de lettre à un professeur de arthur rimbaud / faire une lettre réponse du professeur a arthur rimbaud
Je sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que cet article a été plus ou moins pompé. Fin j’sais pas, fin pt’être.

Tu as une question ? Mon blog y répond !

qui chante something in the rain
Pas moi, mais je veux bien essayer si tu veux !

que veut dire « détacher ses cheveux »
C’est quand tu enlèves l’attache qui les attachait. Derien.

poireau au frigo?
Je crois que mes parents les y mettent, oui.

Lire la suite

Publicités

Lettre à un professeur

L’autre jour, durant un atelier d’écriture, l’exercice était de continuer une lettre d’Arthur Rimbaud à son professeur, lequel lui reprochait de mener une vie de débauché. J’ai relevé le défi.

Maintenant, je m’encrapule le plus possible. Pourquoi ?

Parce que quand je vois, monsieur, ce que deviennent les professeurs bien rangés, cela ne me donne pas envie de suivre leur voie. Tous ces gens, immobiles, englués dans un vague sentiment de satisfaction… mais satisfaits de quoi ? De rester à la place où on les a, il y a longtemps, déposé; de patiemment attendre que la poussière qui déjà les couvre les fasse disparaître, et qu’on les laisse, seuls, tranquilles ? Je ne vois rien de valorisant à rester enfermé dans cette cage, immobile.
Non, je ne veux pas de cette vie là. Je me révolte, je m’agite: je refuse de perdre un seul instant de mon existence. La meilleure façon d’éviter de subir le même sort que vous, monsieur, c’est de me plonger tout entier dans la précipitation de la jeunesse. Je vis avec les verres qu’on m’offre et les filles qu’on me paie: je profite de tous les plaisirs qui me sont donnés. Je découvre des choses merveilleuses, des sentiments extrêmes qu’une antiquité au coeur fossilisé ne pourrait même pas imaginer ressentir. Alors oui, peut être pensez vous que je m’y perds, que je ne suis rien, mais alors vous ne connaissez  -et ne connaîtrez jamais- le bonheur d’être en vie.
Certes, je m’encrapule, mais je suis un homme heureux. Heureux et vivant.