Calendrier de l’Avent – 6

Une grève de train. Il fallait s’y attendre. Chaque année il y a un problème à un moment ou à un autre. Et bien, cette année, c’est tombé trois semaines avant Noël, deux semaines avant les vacances. Juste le week-end où Marine devait rentrer chez elle. Mais à elle, ça lui va. Ce n’est pas pour le plaisir qu’elle est partie en internat. Marre de son père qui hurle sans arrêt sur les triplés, marre de sa mère qui les surprotège un jour pour les abandonner le lendemain. Une seule personne lui manque. Depuis bientôt un an, il est tout pour elle. Elle n’a jamais ressenti toutes ces émotions, ou même pensé que cela existait. C’est pour lui que, de temps en temps, elle rentre. Pour le serrer dans ses bras et le couvrir de baisers. Allongée sur son lit, elle regarde son mur, couvert de ses photos. Il sourit à tout le monde, et tout le temps. Il n’a pas encore appris que la vie pouvait aussi être triste, douloureuse. C’est un peu normal, après tout, son petit frère n’a pas encore un an. Son anniversaire est bientôt, alors la jeune fille décide qu’au lieu de passer sa fin d’après-midi à se morfondre, elle va aller lui trouver un cadeau. Quelque chose de beau, rien que pour lui, quelque chose qui fera scintiller ses beaux petits yeux bleus.

Alors elle prend son manteau, son portefeuille, et se rend au magasin le plus proche. Quand elle entre, elle ne peut retenir un soupir : le centre commercial est couvert de guirlandes, d’affiches promotionnelles en tous genres. Marine a vite fait de faire le tour des jouets : tout lui semble pathétique, sans valeur. Ce ne sont que des petits bouts de plastique bariolés, sans âme. Alors, pour la contenance, elle prend une tablette de chocolat, un paquet de bonbons, et passe à la caisse. Devant elle, une vieille dame dépose ses courses avec une lenteur effroyable, presque comique. Le caissier a bien remarqué les pensées de Marine, et sourit. Ils se regardent. La lycéenne se met à rêver : il est plutôt mignon, avec ses cheveux bruns et ses yeux sombres. Très mignon, même. Quand c’est à son tour de passer à la caisse, elle lui dit bonjour, et attend qu’il entame la conversation. Il espère la même chose, et ne cesse de la regarder en passant ses articles. Mais aucun ne fait le premier pas. Et ils sont tous deux déçus.

Marine part, et le caissier remet en place son badge, sur lequel est inscrit : « Bonjour, je m’appelle Camille ! »

Publicités

Défi #1 Mathis

Cette fois les mots viennent de Mathis. Ce texte a été le plus dur à écrire (Dieu, Maxence, chocolat, vache, ski, piste).

Deux enfants sont assis sur un banc.
« Cet hiver je suis allé au ski avec ma maman et même que on a fait la piste rouge.
– Même pas vrai, d’abord tu l’as pas fait !
– Si, et en plus après j’ai mangé le chocolat que la vache elle donnait.
– Mais les vaches ça fait pas de chocolat, toute façon mon grand frère il fait des gâteaux au chocolat et c’est le meilleur.
– Moi mon grand frère il s’appelle Maxence d’abord, et même qu’il veut qu’on l’appelle Dieu.
– Tu sais c’est quoi Dieu ?
– Ouai, c’est un super trop fort nuage !
– Un nuage ?
– Oui, ma maman elle dit toujours que Dieu il habite dans le ciel… ya que les nuages qui habitent dans le ciel ! »