Calendrier de l’Avent – 3

Le ciel est bleu aujourd’hui, un bleu féroce, acide, glacé. Il fait froid. Mais pas un froid léger, apaisant : un froid piquant, qui s’insinue sous les manteaux, les écharpes et les bonnets.

Quand il respire, une douce fumée blanche sort des narines de Camille. Même s’il tremble un peu à cause de la température, il est calme. Le jeune homme avance tranquillement dans la rue, les mains dans les poches, pour se rendre à son travail. Tous les matins, il prend de l’avance, pour pouvoir se détendre le temps du trajet, en faire une promenade. Et prendre son temps.

Non, vraiment, il n’a pas hâte d’être à nouveau au milieu du bruit des caisses enregistreuses, des courses que l’on pose, que l’on reprend, des enfants qui braillent et des vieux qui s’énervent. Il s’en passera encore un petit peu.

Il marche le long de l’avenue qui mène au supermarché dans lequel il travaille, et pense. Il a l’esprit ailleurs.
Quand on le regarde vaguement, il est comme tous les jeunes hommes de son âge, un peu séducteur, plutôt mignon. Mais si l’on prend la peine de s’attarder sur son visage, on s’aperçoit que ses traits sont tirés, qu’il semble éreinté. Comme s’il portait une charge trop lourde pour son âge. Comme s’il avait une responsabilité trop pesante.
Mais rien en lui ne se révolte. Il est calme.

D’autant plus que c’est bientôt Noël. On se réjouit, normalement, à Noël.

Publicités

Défi #2 Flaf

Image proposée par Flaf, sur la page Facebook du blog.

Image proposée par Flaf

A côté de la porte, pendue à la fenêtre, une plante déploie ses multiples tiges. Sa cascade de feuilles vertes coule le long d’un pot en bois, parsemée d’étoiles scintillantes, roses, orange, jaunes. Les volets vert, entraînés par le vent, battent doucement les secondes contre le mur. La maison a l’air endormie. Quelques pas m’entraînent vers la porte massive : j’hésite. Dois-je troubler cette belle tranquillité ? Je monte les marches, et en appuyant sur la sonnette ma main tremble un peu.
Elle sera sûrement contente de me revoir.

Défi #2 Le maniaque de la sauvegarde

La Bretagne, ça vous gagne !

Image proposée par Le maniaque de la sauvegarde.

C’est calme. Seul quelques mouettes viennent rompre le silence, de leurs longs cris. Devant moi, les bateaux, échoués, attendent la mer qui viendra les sauver. Dans leurs chambres, les enfants, endormis, rêvent de tempêtes et de navires. Sur la plage, tout est calme. Cela fait du bien, un peu de silence et de sérénité. Le ciel est bleu, parsemé de quelques doux nuages que le vent pousse avec lenteur; il n’a pas plu aujourd’hui.

La mer remonte, petit à petit, je la vois s’avancer vers moi. Elle reprend possession de son territoire, grignotant à chaque avancée un petit bout de plage. Les coquillages amarrés aux rochers s’ouvrent, les oiseaux quittent le sable, et les algues ondulent sous le courant.

Je me lève. Il faut aller réveiller les enfants, l’après-midi ne fait que commencer.