Défi #4

Suite au sondage pour déterminer le sujet du quatrième défi (dont vous pouvez admirer les résultats ici),
il m’a fallu choisir entre deux sujets : une couleur, ou un proverbe, égalité oblige.

Le défi de ce mois ci aura pour thème : la couleur. 

Donnez-moi donc une couleur, précise ou non, laissez libre cours à votre imagination…
(J’attends vos participations en commentaire, sur la page facebook ou le compte twitter)

Publicités

Défi#3 Flo

La toile de l’espace, affichant une fausse impression d’immobilité, s’étendait, là, saupoudrée de points lumineux. Son regard se noyait dans cette immensité avec avidité.

L’herbe était douce, sous son corps allongé. Ses bras détendus flottaient autour de lui, plongés dans l’humidité de la nuit. Le vent murmurait l’histoire de l’univers à son oreille : il écoutait, un sourire discret attaché aux lèvres. Les étoiles, tâches de peinture dans l’océan céleste, scintillaient de plus en plus : elles semblaient se rapprocher. Ou alors c’était lui qui se faisait attirer. Il se faisait happer par ce lac sombre, ses milles perles et rivières de diamants. Un moment il crut y distinguer un visage.
De là haut, il était sûr, elle le regardait.

Défi #3 Le maniaque de la sauvegarde

Quand il rentra, le paquet l’attendait sur la table. Il l’ouvrit et ce qu’il vit le remplit d’effroi…

          Il le referma, vérifiant que son nom était bien inscrit dessus. Il l’était parfaitement, juste dans la case destinée, soigneusement tracé à la plume. Il fut parcouru d’un frisson : cette écriture lui était familière. Ses doigts tremblants repassèrent avec peur les lignes d’encre noire, et il comprit.

          Durant sa jeunesse, il avait passé plusieurs années de débauche aux États-Unis, pariant, fréquentant de nombreuses jeunes filles, vendant des substances pas vraiment légales. Celui qui l’avait aidé à se faire un nom dans le milieu s’appelait Oscar, c’était également lui le patron. Tous ses ennemis, ses anciens collaborateurs, ou même ceux qu’il prenait en grippe disparaissaient dans des circonstances douteuses. Et tous le savaient. Un jour il y avait eu une affaire un peu louche, un trafic plus gros que d’habitude. Discrètement, il avait réussi à le rouler, des quelques milliers seulement. Il avait pensé qu’il ne s’en apercevrait jamais.
Mais Oscar tenait ses comptes, très précisément, dans un petit carnet rouge.

          Et il était là, posé sur la table.

Défi #3 Berdette

En haut de l’escalier, le griffon attendait, immobile. Assis, les ailes à demi-repliées, le cou droit, les yeux fermés, il aurait pu être une statue majestueuse, indifférente.

Cela faisait des heures, des jours, des années qu’il attendait. Rien de spécial, juste que quelqu’un vienne, que quelque chose se produise. Mais il ne se passait rien, jamais rien. Oh, bien sûr, des fois il lui arrivait de frémir un peu, de tressaillir légèrement. Quand cela se produisait, il était tout heureux, et comblé pendant quelques temps.

Cela n’avait pas été comme ça toute sa vie, heureusement. Avant, il était curieux, hyperactif, intenable, mais surtout impatient. Un jour, il fit exploser la chaumière d’un sorcier, trop pressé d’aider celui qui le lui avait demandé. Alors, le sorcier l’ensorcela : « Toute ta vie tu attendras, et rien ne t’arrivera jamais. »

Et depuis, effectivement, il attendait.

Soudain, un tressaillement plus fort que d’habitude le prit. Tout son être fut parcouru de frissons, et, tout à coup, il éternua.

Il n’y crut pas tout de suite, c’était trop beau pour être vrai ! Maintenant, il était vraiment comblé. C’était la plus merveilleuses des choses qui ne lui était jamais arrivée !

Résonances

Une gargouille, dans un château, au Moyen-Âge peut-être ? Même s’il ne parle pas de cette statue, le texte est inspiré de l’image. Si si.

Image proposée par Bernadette

Dans la salle principale du château, les murs sont blancs. Je me demande s’ils étaient colorés, avant.

De larges tapisseries couvrent toute la pièce, relatant faits d’armes et exploits contre quelques monstres.

J’arpente doucement la salle, pas après pas, les mains dans le dos, je crois entendre résonner de la musique.

Ce soir, on festoie au château. Au centre de la salle s’agitent des ménestrels, accompagnés de danseurs et de fous.

 Je m’arrête, et pose ma main sur le carreau froid de la fenêtre.

La fille du châtelain regarde au dehors, elle sait que derrière elle se trouve celui à qui elle est promise. Son véritable amour est quelque part dans l’obscurité de la forêt.

Le jour décline, il va falloir que je rentre. Même si je n’en ai pas envie.

Elle essuie rapidement une larme qui vient de fendre sa joue, et retourne s’asseoir à la table. Elle se sait impuissante.

Défi #2 Flaf

Image proposée par Flaf, sur la page Facebook du blog.

Image proposée par Flaf

A côté de la porte, pendue à la fenêtre, une plante déploie ses multiples tiges. Sa cascade de feuilles vertes coule le long d’un pot en bois, parsemée d’étoiles scintillantes, roses, orange, jaunes. Les volets vert, entraînés par le vent, battent doucement les secondes contre le mur. La maison a l’air endormie. Quelques pas m’entraînent vers la porte massive : j’hésite. Dois-je troubler cette belle tranquillité ? Je monte les marches, et en appuyant sur la sonnette ma main tremble un peu.
Elle sera sûrement contente de me revoir.