Remise des prix : concours de nouvelles d’Anzin-Saint-Aubin

Affiche du concours de cette année

               Il y a quelques mois, environ, je me promenais sur la toile -un peu comme à chaque fois que je n’ai rien de précis à faire (ou que je ne veux rien faire de précis, disons). Et c’est à cette période que je suis tombée sur un article (il me semble que c’était celui-là) parlant du concours de nouvelles de la ville d’Anzin-Saint-Aubin. Ce qui m’a frappé, et attiré, dans ce concours, c’est le fait qu’il faille s’inspirer d’une image pour écrire, et non continuer une phrase, un texte.

               Ce jour là, j’avais bien envie d’écrire, et je me suis lancée. Oh, je ne me suis pas arrachée les cheveux sur ce texte, c’était vraiment du plaisir avant tout. Et je l’ai envoyé, avec la sincère conviction de ne pas être primée, en me disant que ça ferait déjà une participation en plus.

Nous sommes arrivés !

               Septembre de cette année, un mardi soir. Mon téléphone sonne, j’ai gagné le premier prix. Il me faut quelque instants pour me remémorer le concours, le texte, la participation. Ça y est, je me souviens, mais je ne veux pas y croire tout de suite, il me faut une soirée pour réaliser. Je n’y croyais tellement pas que j’avais publié la nouvelle sur le blog. Pressentiment. Et s’ils faisaient une recherche, trouvaient mon blog et la nouvelle, et pensaient que j’avais volé le texte ? Angoisse. Alors, toute affolée, je parviens avec les moyens du bord (un téléphone récalcitrant et une connexion hasardeuse) à supprimer l’article. Si tu t’en souviens, lecteur, c’était Romance.

                Samedi vingt-sept octobre, il y a quelques jours. Après une courte, très courte nuit (je suis rentrée de Bretagne la veille au soir),  il nous faut deux heures de route pour nous rendre à la remise des prix. Nous, car mes parents aussi se sont levés tôt et ont au le courage de braver l’air glacial de ce matin d’automne. Arrivés devant le panneau de la ville, je crie à mon père  de s’arrêter, et prend une photo. Remarquez, sur celle-ci, l’air du conducteur de ce tracteur, qui a bien du me prendre pour quelque demeurée…

            Nous arrivons bien en avance à la mairie d’Anzin, trois quart d’heure avant le début de la cérémonie -on remarqua également la précaution prise à ne pas être en retard, sûrement due à un gêne transmis de génération en génération depuis plusieurs siècles- et sommes accueillis par l’organisatrice du concours et adjointe au maire, Karine Arguillère. Comme nous avons du temps devant nous, elle me remet tout de suite les cinq recueils qui me reviennent : nous avons un peu de lecture pour patienter. J’en prend un, le tourne et le retourne, m’exclame, devient toute rouge, me calme, le pose, le reprend…

                La salle se remplit progressivement, jusqu’au début de la remise des prix.

Photographie de la cérémonie provenant du site de la mairie

                Onze heures. Une présentation du concours et du jury, et voici la lecture d’extraits des textes. Mon coeur bat à cent à l’heure. Troisième prix jeunes, deuxième prix jeunes. Tiens, ce ne serait pas mon texte que j’entends ? Intérieurement, je me le remémore, et pour chaque phrase que le gagnant du tout premier concours prononce -car c’est lui qui lit mon texte, je trouve quelque chose à redire : une virgule, un mot… Puis, annonce de l’auteur : je me lève, les jambes pas très stables, dérange deux personnes -j’ai eu l’intelligence de ne pas me mettre juste à côté du couloir, et atteint le jury. Un petit mot ? « Ben, je suis très contente, je voudrais vous remercier, enfin le jury, et ça me fait très plaisir, et… ben faut aussi que vous lisiez la fin de la nouvelle parce que juste cet extrait ça ressemble pas vraiment à ce que j’ai écrit, enfin c’est bizarre quoi, c’est pas la même chose on dirait, enfin voilà, très contente, voui… » J’ai été d’une éloquence rare, à ce moment, c’est dingue.

               Quand la cérémonie est terminée, je rejoins les deux autres lauréates, Louise et Marie-Kerguelen, pour parler de nos nouvelles respectives, de l’écriture en général. Et là, quelqu’un s’avance vers moi : « Bonjour, je suis journaliste pour (trou noir, je ne me souviens plus du nom du journal), je pourrais vous poser quelques questions ? » Quelques questions et photos plus tard, je retourne vers le buffet, un peu à l’ouest. Un journal ! Même régional, ça fait un peu rêver, non ? (Pour l’instant, pas de trace de l’article tindiiiim, et la mairie d’Anzin-Saint-Aubin a publié les résultats sur son site). J’ai à peine le temps de m’approcher de la nourriture, que je me fais intercepter ! Bon, d’accord, je n’avais pas faim, juste le trac, je cherchais à me cacher sous le buffet, en fait… je parle longuement avec le lauréat de la première édition, et c’est déjà l’heure de passer à table !

               Je ne vais pas parler du repas (délicieux), ni de la première neige de l’année ou des gens enrubés (Louise, si tu me lis ;) ), je voudrais juste appuyer combien cette journée a été extraordinaire pour moi…

Merci beaucoup aux organisateurs, au jury, merci de tout coeur…

Vous pouvez lire mon texte par ici
Et commander le recueil par là
On en parle : ici

Publicités

3 réflexions sur “Remise des prix : concours de nouvelles d’Anzin-Saint-Aubin

  1. Je découvre avec un an de retard ce post… Tout vient à point, toussa toussa ;-)
    Nous avions été ravi de te remettre ce premier prix, pour un texte « jeune » mais très mature.
    Bonne continuation dans tes écrits, et à bientôt !

    Michaël (« lauréat de la première édition » dans le texte ;-))

    J'aime

    • Merci beaucoup !
      Je n’ai pas participé au concours cette année, cela s’est-il bien passé ?
      Oh, tu as également un blog, un blog de médecin ! (j’adore les blogs de médecin)

      J'aime

    • Oui, ça s’est bien passé ; un peu moins de participants que l’année précédente mais nous avons mis ça sur le compte de l’absence de personnages sur les photos (donc peut-être moins inspirantes de premier abord). La qualité des textes était assez élevée, et les premiers prix adulte/jeune sont plutôt légers.
      La remise de prix a lieu demain justement et les lauréats — tu le sais bien — auront leurs nouvelles sur le site d’ici quelques jours.

      Et sinon, oui j’ai un blog de médecin, dans une sous-section de mon site plus consacré à l’écriture de fictions (écrites et sonores). Et aussi un compte Twitter, mais tu t’en es bien rendu compte ;-)

      A bientôt !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s