De la raison d’être de ce blog (ou, le frigo littéraire)

Un article sur la fonction de ce blog.

Il y a quelque temps déjà, je suis tombée sur un concept bien intéressant expliqué sur un blog d’écrivain -dont le nom a fui de mes lèvres- : le frigo littéraire.

Si vous avez faim à cause de ce terme, allez prendre une pomme ou un bout de fromage dans votre frigo à vous, et revenez près de votre écran. De l’appareil électroménager, il n’a comme rôle que celui de la conservation : il garde des morceaux de textes bien frais pour une éventuelle deuxième vie dans un roman. Je m’explique : imaginions que vous deviez pour une raison quelconque, soulager votre roman d’une partie qui l’alourdit, mais vous avez un énorme pincement au coeur rien que d’y penser. En effet, vous avez passé plusieurs nuits à trouver la plus juste, la plus touchante des façons de raconter le vol des mouettes dans le ciel – tout ça en plein milieu d’une scène de bataille effroyable. Certes, cela coupe un peu l’action, mais vous trouvez cela désespérant d’envoyer ce chef-d’oeuvre aux oubliettes. C’est là que votre nouvel outil littéraire entre en jeu !

Avec le frigo, plus de texte effacé, plus de regrets, plus de pitié pour des pavés illisibles ! (Oui, on dirait une publicité !)

Mots clés

Texte

maison endormie fleurs

A côté de la porte, pendue à la fenêtre, une plante déploie ses multiples tiges. Sa cascade de feuilles vertes coule le long d’un pot en bois, parsemée d’étoiles scintillantes, roses, orange, jaunes. Les volets vert, entraînés par le vent, battent doucement les secondes contre le mur. La maison a l’air endormie.
petite fille jeune timide sourire joyeuse

Deux yeux pétillants de vie, cachés sous une pluie de cheveux bouclés. Et aussi un sourire qui vous attendrirait le plus féroce des guerriers: ce sont les premières choses que l’on voit quand on la rencontre. Après on découvre ses tâches de rousseurs, son nez légèrement en trompette, ses deux joues qu’on aurait envie de croquer.

Pratique, non ?

C’est pourquoi j’en arrive à la raison d’être de ce blog. Au début je me suis dit que mon blog était un grand frigo, une réserve de mots assemblés. Puis, je me suis ravisé. Ce blog, ce n’est pas un amas de descriptions vides, sans sens : non, ce blog est une réserve de graines prêtes à être semées pour donner de belles et grandes histoires.

Les miennes, mais aussi les vôtres.

Publicités

Une réflexion sur “De la raison d’être de ce blog (ou, le frigo littéraire)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s