L’égarée

Quelques lignes, cela fait si longtemps que je n’ai pas posté…

Elle était là depuis longtemps, lovée au creux de l’arbre, endormie comme un enfant dans les bras de sa mère. Ses genoux repliés contre sa poitrine se soulevaient régulièrement, suivant le rythme de sa respiration : un bras les maintenait en place, l’autre, laissé libre, se balançait avec douceur. Détachés, ses longs cheveux clairs frémissaient au moindre souffle, à la moindre brise qui parcourait la forêt. L’ombre des feuillages protégeait son teint clair, qui faisait ressortir la couleur cerise de ses lèvres.
Elle ressemblait un peu à une poupée fragile, oubliée là par quelqu’un d’étourdi, ou quelqu’un qui n’aurait pas voulu d’elle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s