Elle

Souvent l’écriture naît d’un sentiment, d’une émotion, d’un simple ressenti. 

          Elle était là depuis le matin. Recroquevillée au pied d’un arbre, elle attendait. Quoi ? Elle même n’en savait rien. Les genoux repliés contre son buste, ses bras entourant ses jambes comme le lierre entoure un arbre, elle veillait. Ses cheveux noirs tombaient en cascades sur ses épaules, et dévalaient son dos, serpentant entre ses omoplates. Elle semblait en parfaite communion avec la nature, si bien que les plantes commençaient à croître timidement autour d’elle. Les yeux mi clos, elle observait chaque mouvement de la forêt, même infime: elle aurait pu dire combien de feuilles étaient tombées, combien de bêtes avaient fuit depuis ce matin. Soudain, troublant cette belle et simple harmonie, un renard jaillit d’un buisson et fila au loin, comme poursuivi. Un bruit profond et sourd résonna, tel une vibration. Maintenant elle savait pourquoi elle était là. Ils arrivaient. Se redressant sans un bruit, elle se plaça en travers du chemin, les jambes écartées, solidement ancrées dans le sol. Elle attrapa son arc et décocha une flèche d’avertissement : elle se battrait jusqu’au bout.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s